Ecophyto Bourgogne-Franche-Comté, retour à la page d'accueil
 Vous êtes ici : Accueil > Ecophyto II+ > Surveillance biologique du territoire

Surveillance biologique du territoire

Flux RSSImprimer la page

La surveillance biologique du territoire (SBT)

 

La Surveillance Biologique du Territoire (SBT)

est organisée depuis plusieurs décennies pour connaître la situation phytosanitaire du territoire, pour améliorer le raisonnement des méthodes de lutte contre les organismes nuisibles dits « de qualité » et pour s’assurer du caractère indemne ou faiblement contaminé de notre territoire vis-à-vis d’organismes qui sont réglementés et/ou émergents en France, dans l’Union européenne ou dans les pays tiers importateurs de nos produits végétaux.

La mise en place en 2010 du réseau d’épidémiosurveillance permet de répondre à ces trois objectifs. Il est complété par des plans de surveillance spécifiques pour la surveillance des organismes nuisibles réglementés et/ou émergents (SORE). Plus récemment, il a été décidé que la SBT doit aussi intégrer la détection et le suivi des effets non intentionnels potentiellement lmiés aux pratiques agricole (résistances des bioagresseurs à certaines molécules ou familles de produits, impact potentiel des pratiques phytosanitaires sur les écosystèmes).

Le Bulletin de Santé du Végatal (BSV)

Le BSV est un outil d'aide à la décision, porté par les Chambres d'agriculture, et mis gratuitement à la disposition des agriculteurs, toutes filières confondues. Ce bulletin présente un diagnostic sur les stades de développement des cultures, les maladies et ravageurs et la présence de symptômes. Il précise les seuils de nuisibilité des bioagresseurs et propose une analyse de risque phytosanitaire grâce à des outils de modélisation mais ainsi qu’à l’expertise des conseillers des Chambres d’agriculture, des instituts techniques et des Organismes à vocation sanitaire (OVS). L’évaluation du risque permet aux agriculteurs de raisonner leurs interventions face à la présence de bioagresseurs, et doser plus justement les traitements en fonction de l’état des cultures.